Presse – Francine Honey

Dossier de presse électronique (DPE)

RELATIONS DE PRESSE

Promotion

Eric Alper Public Relations
      That Eric Alper
      eric@thatericalper.com

Promotion radio country

 Yvonne Valnea
      Last Tango Productions
      info@lasttangoproductions.com

Musique en ligne

Pour en savoir davantage, envoyez un courriel au info@francinehoney.com

DANS LES MÉDIAS

« Avec son air rappelant la fierté décontractée du Sud américain et ses racines nordiques, la chanson “Honey” de Francine Honey en est une qui a du chic. »                   Ian McFarlane,  IT’S NOT RECORDS

2018 DEMI-FINALES du Canadian Songwriting Contest pour la chanson Stay” Category: Folk/Singer/Songwriter de l’album “To Be Continued…”

2017 FINALISTE du Canada South Songwriting Contest pour la chanson “Mamas Take Bad Dreams Away” de l’album To Be Continued…

Texas Songwriter’s Symposium – Vitrine canadienne pendant les quatres dernières années.

CTV News Windsor – Interview with Melanie Borelli, Nov. 23, 2018
Y a pas deux matins pareils, Ici Première, Entrevue avec Elvis Nouemski Njike, 23 novembre 2018
Afternoon Drive, CBC – Interview with Chris dela Torre, Nov. 19, 2018
Sessions Podcast – Interview with Barry Davis, “Outta the Park” Nov. 9, 2018
Matins sans frontières, Radio-Canada, Entrevue avec Lisette Leboeuf, 29 octobre 2018
Folk Roots Radio – Interview with Jan Hall Oct. 23, 2018
Folk Roots Radio – Interview with Jan Hall July 28, 2016
Belleville Intelligencer Interview with Sgt. Chris Downey
Interview with Sgt. Chris Downey at CFB Trenton for Pond Hockey Fundraising Tournament

« Avec son air rappelant la fierté décontractée du Sud américain et ses racines nordiques,
la chanson “Honey” de Francine Honey en est une qui a du chic. 
» 
Ian McFarlane, IT’S NOT RECORDS

30 mots

Le troisième album de l’auteure-compositrice-interprète ontarienne Francine Honey, To Be Continued, raconte à la fois des difficultés et l’espoir, sous des airs d’Americana, de country, de rock, de Canadiana et de blues.

Le troisième album de l’auteure-compositrice-interprète ontarienne Francine Honey, To Be Continued, raconte des chagrins amoureux, des difficultés, des deuils et des crises. L’ex-fonctionnaire s’est produite à travers l’Amérique du Nord, le Royaume-Uni et l’Europe.

100 mots

Les histoires de malchance peuvent avoir des fins heureuses. C’est particulièrement vrai dans l’univers de Francine Honey. Le troisième album de la chanteuse ontarienne bilingue, To Be Continued, raconte des chagrins amoureux, des difficultés, des deuils et des crises, dont plusieurs sont tirés de ses propres expériences. L’artiste terre-à-terre en profite pour nous partager deux leçons fondamentales : vous n’êtes pas seuls et il y a toujours de l’espoir. Compositrice depuis son enfance, les chansons de cette ex-fonctionnaire sont remplies d’émotions. Sa musique l’a fait voyager au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Suisse et en Italie. 

Biographie

Les histoires de malchance peuvent avoir des fins heureuses. C’est particulièrement vrai dans l’univers de Francine Honey. 

« Nous traversons et surmontons des moments difficiles au cours d’une vie, et c’est ce sur quoi portent certaines de ces chansons, » raconte l’auteure-compositrice-interprète bilingue originaire de l’Ontario au sujet de son troisième album, To Be Continued… « Je sais que j’ai déjà affronté ma part de difficultés, mais il est important de garder espoir et de savoir que nous ne sommes pas seuls. Si vous vivez quelque chose de difficile, quelqu’un d’autre l’a vécu aussi. Vous devez surtout vous rappeler que vous ne savez pas ce qui vous attend. Ce qui s’en vient pourrait dépasser vos attentes. »

Francine Honey parle en toute connaissance de cause. Cinq ans après avoir lancé son premier album — un cadeau maison produit par ses amis et sa famille — la mère de deux enfants, ex-fonctionnaire fédérale, réalise son rêve. Elle a rencontré l’amour de sa vie, elle poursuit la carrière dont elle s’est longtemps privée, et elle a produit un album qui présente ses compositions les plus touchantes. « Je suis tellement heureuse, » dit-elle. « Je suis vraiment fière de cet album et de la façon dont nous en sommes arrivés là. »

To Be Continued a été enregistré à Nashville avec l’aide du réalisateur nommé aux Grammy Awards Neilson Hubbard (John Prine, Mary Gauthier, Jason Isbell), avec des musiciens reconnus comme les guitaristes Will Kimbrough et Kris Donegan, le pianiste Dan Mitchell, le bassiste Dean Marold et le violoneux légendaire Eamon McLoughlin. Cet album a permis de faire progresser la musique de Honey, qui est un amalgame d’Americana, de country, de rock, de Canadiana et de blues. La compositrice a enfin réussi à enregistrer le son qu’elle recherche depuis des années. « C’est difficile d’exprimer la musique qui joue dans sa tête et de lui donner vie avec d’autres musiciens, » explique-t-elle. Mais lorsque l’auteure-compositrice Gretchen Peters lui a parlé du producteur Hubbard, elle savait qu’elle avait trouvé la personne dont elle avait besoin. « J’ai cherché des chansons qu’il avait produites et je me suis dit que j’avais trouvé le son que je cherchais! ».

« Presque toutes les chansons de cet album sont des premières prises. N’est-ce pas incroyable? », s’étonne-t-elle. « C’était vraiment magique. Essentiellement, nous avons parcouru chacune des chansons les unes à la suite des autres. Ils ont écouté mon démo et nous avons discuté de l’émotion que nous voulions transmettre avec chaque chanson. Puis nous avons travaillé sur certains éléments, comme la sonorité de la guitare, les intros ou les outros des chansons. Puis j’ai dit, “OK, écoutons du début à la fin pour voir ce que ça donne.” À la fin de presque chaque prise, je me disais, “Wow. Je ne pense pas qu’on pourrait faire mieux avec cette chanson.” Ainsi, chaque chanson a été une aventure unique. »

To Be Continued convie aussi les auditeurs à un voyage. Courageusement inspirées de sa propre expérience, les chansons de Honey font passer par une panoplie d’émotions. Snowflakes on My Eyelashes (et le simple Flocons de neige sur mes cils) exprime la douleur causée par le deuil, Can’t Break Through to You explore les troubles du stress post-traumatique et l’émouvante chanson Marilyn raconte l’histoire déchirante liée à un problème de santé majeur. « C’est un sujet difficile et une chanson très personnelle, » admet-elle. « Quand je la chante, on pourrait entendre voler une mouche. Mais quand je vois un spectateur essuyer une larme, je sais que la chanson l’a touché. » Par ailleurs, la chanson Stay a atteint les demi-finales du Canadian Songwriting Contest, alors que Mamas Take Bad Dreams Away s’est hissée parmi les cinq finalistes du Canada South Songwriting Contest.

L’album comporte aussi des chansons plus légères, mais tout aussi significatives : l’ode entraînante Open Road, le blues aguichant et envoûtant Honey et la chanson-titre réconfortante, qui raconte son histoire d’amour avec un ami qui est revenu dans sa vie au bon moment. « J’ai embrassé un bon nombre de grenouilles, » évoque-t-elle. « Je pensais que j’étais vouée à demeurer célibataire. Je me disais que nous resterions des amis, et ça m’allait ainsi. J’étais loin de me douter de ce qui arriverait ensuite. » 

Elle était aussi loin de se douter qu’elle deviendrait un jour chanteuse professionnelle. Même si elle fait de la musique depuis l’enfance (« J’ai composé ma première chanson en 1976 »), Honey n’a jamais rêvé d’en faire une carrière. Elle a plutôt décidé d’étudier les mathématiques et l’informatique, elle s’est mariée, a eu des enfants, puis elle a travaillé comme directrice de projets. Sa vie semblait parfaite. Puis une rupture et une perte d’emploi quasi simultanées l’ont forcée à déménager, à se trouver un nouvel emploi et à élever sa famille seule. La musique est alors devenue secondaire. Bien qu’elle n’ait jamais cessé de composer, ses chansons demeuraient inachevées… jusqu’à ce que ses enfants prennent le problème en main.

« Quand ma fille de 18 ans et mon fils de 16 ans me disaient “Fait quelque chose de ta vie, maman!”, ils faisaient preuve d’une sagesse surprenante pour leur âge. Après avoir réfléchi à ce que ma vie deviendrait lorsqu’ils quitteraient la maison, j’ai constaté que j’avais des histoires à raconter, et que j’avais encore la possibilité d’au moins essayer de transformer la musique, qui était un passe-temps, en métier. » En 2013, elle décida donc de quitter son poste au gouvernement fédéral pour se consacrer à la musique à temps plein sous son nom de jeune fille, Francine Leclair. En 2008, elle lança l’album autoproduit An Ordinary Woman, puis, en 2014, Re-Drawn, réalisé par Lang Bliss, à Nashville. Dans cet album se trouve la chanson I Soldier On et son équivalent en français Je vis sans limites, qui soutient le fonds canadien Sans Limites. En 2015, elle réenregistra plusieurs de ses premières chansons du maxi (EP) An Ordinary Woman (en studio). 

En cours de route, l’artiste terre-à-terre a fait preuve d’un dévouement exceptionnel pour son art. Elle a obtenu un certificat de compositeur-interprète du Berklee College of Music. Elle fait régulièrement le trajet de neuf heures en voiture pour participer à des ateliers de composition à Nashville, où elle a été encadrée par des icônes comme Beth Nielsen Chapman (aussi choriste sur Snowflakes On My Eyelashes), Mike Reid (I Can’t Make You Love Me), Mary Gauthier (Mercy Now), Verlon Thompson (Boats to Build), Gretchen Peters (Independence Day) et Jonatha Brooke (My Mother has 4 Noses). Elle est membre de l’Association des auteurs-compositeurs canadiens, de la Nashville Songwriter’s Association International, de la Canadian Country Music Association et de l’Americana Music Association. Elle coordonne également le Leamington/Windsor Regional Writer’s Group, dans lequel elle encadre d’autres compositeurs. Elle s’est produite au Texas Songwriters Symposium (quatre années de suite), au WinterFolk Blues and Roots Festival de Toronto, au Kingsville Folk Music Festival et à la Folk Music Ontario conference. La musique et la composition l’ont aussi fait voyager au Royaume-Uni, en Suisse et en Italie. 

Pourtant, son périple est loin d’être terminé. Les prochains chapitres comprennent des chansons francophones tirées des séances d’enregistrement de To Be Continued; une série de classiques en français chantés par sa famille pendant le temps de Fêtes et un album de Noël, lui aussi réalisé par Neilson. Entretemps, elle élargit son rayonnement avec du contenu en ligne, comme les vidéos de chacune des chansons de To Be Continued et des prestations intimes pour ses admirateurs. Elle continue en outre de composer des chansons avec d’autres artistes, dans le but que sa musique soit enregistrée par des collègues interprètes et diffusée à la télévision. « Si l’une de mes chansons pouvait être utilisée sur Grey’s Anatomy, ce serait vraiment cool, » rigole-t-elle. « Mais en réalité, je veux juste poursuivre ma démarche et écrire de meilleures chansons. Je suis enfin compositrice et c’est ce que je ferai jusqu’à la fin de mes jours. »

L’histoire se poursuit…

PHOTOS DE PRESSE

VIDÉOS

Connect with Francine

Contact Francine Directly

Keep In Touch

Scroll to Top